Contre la montre et les marées

Photo : Croix-Rouge des Îles Marshall

Contre la montre et les marées

Une nation insulaire pourrait bientôt voir naître la 191e Société nationale.

COMME BIEN DES PAYS insulaires du Pacifique, la République des Îles Marshall est lancée dans une course contre la montre. Avec la hausse du niveau de l’océan et une population frappée par une succession de sécheresses et de violentes tempêtes tropicales, le pays est confronté à des menaces existentielles inimaginables pour de nombreux pays.

«Nous allons très bientôt faire face à des problèmes catastrophiques et nous n’avons pas de temps à perdre», déclare le secrétaire général Jack Niedenthal.

La Croix-Rouge des Îles Marshall est active depuis plusieurs années et bénéficie de fonds, d’offres de formation et d’un appui technique de la FICR, mais la reconnaissance officielle par le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge lui permettrait d’élargir la portée de ses activités, en particulier en cas de catastrophe, et de se faire entendre sur des enjeux vitaux dans des forums internationaux, estime Jack Niedenthal.

«Je considère que la reconnaissance sera un jalon essentiel dans ce que nous tâchons de réaliser en tant que pays, et pas seulement en tant que Croix-Rouge», ajoute-t-il.

Le pays doit aussi faire face aux séquelles des essais nucléaires effectués par les États-Unis dans les années 1940 et 1950 dans l’atoll des îles Bikini. Le niveau de radiation dans le sol y est encore tel que la population des îles, déplacée à l’époque, ne peut toujours pas y retourner.

Les îles Marshall, qui comprennent 29 atolls et 1156 îles, comptent un peu plus de 50 000 habitants. Si la majorité vivent dans la capitale, Majuro, un grand nombre d’entre eux résident dans des îles extérieures éloignées, ce qui entraîne naturellement des problèmes logistiques, pour le gouvernement comme pour la Croix-Rouge. Le fait est particulièrement préoccupantdurant les épisodes de sécheresse, fréquents dans le pays, qui est actuellement en situation d’urgence pour cette raison, en l’absence de pluies depuis novembre 2016.

Comme l’explique Jack Niedenthal, la Croix-Rouge aimerait aussi aider le gouvernement à faire face aux nombreux problèmes sanitaires du pays, parmi lesquels le diabète, l’hépatite A, les oreillons, la goutte et les maladies transmises par les moustiques, comme la dengue, le chikungunya et la maladie à virus Zika. Les problèmes sociaux — chômage élevé, suicide des jeunes, grossesses précoces, violence domestique et mauvais traitements des enfants — sont aussi légion.

«Notre taux de chômage atteint 40 %. Beaucoup de jeunes aimeraient faire quelque chose pour leur pays, mais ils n’ont pas de plate-forme pour réaliser ce voeu.»

Jack Niedenthal, secrétaire général de la Croix-Rouge des Îles Marshall

Corinne Ambler

Déléguée communication de la FICR basée à Suva (Fidji).

«Notre taux de chômage atteint 40 %», explique Jack Niedenthal, qui ajoute que l’une de ses priorités consiste à grossir les rangs des volontaires, qui sont actuellement un peu plus de 300. «Beaucoup de jeunes aimeraient faire quelque chose pour leur pays, mais ils n’ont pas de plate-forme pour réaliser ce voeu.»

Avec Alexandre Pinano, le président de la Société nationale, fraîchement élu, le secrétaire général envisage aussi de mettre sur pied un système de don du sang non rémunéré et d’accroître le nombre de personnes formées aux premiers secours.

«Nous avons formé plus de 100 volontaires aux premiers secours et à la réanimation cardio-pulmonaire, y compris quelques-uns dans deux des îles extérieures, explique Alexandre Pinano. Mon objectif est de faire en sorte que chacune des îles extérieures dispose de secouristes Croix-Rouge formés.»

Alexandre Pinano est un médecin de famille qui vit sur l’île de Majuro. En 2011, il a créé un comité de volontaires réunissant des personnes du secteur privé et du secteur public, dont des juristes, qui a préparé un projet de constitution et de règlement. Deux années plus tard, après la rédaction de nombreux projets, la Commission conjointe CICR/FICR pour les Statuts des Sociétés nationales a approuvé les textes; le 26 novembre 2013, la loi sur la Croix-Rouge des Îles  Marshall a été adoptée.

En juin 2017, la Société nationale a tenu son assemblée générale inaugurale; ses membres ont élu le conseil, ratifié la constitution et le règlement, et accueilli plusieurs nouveaux membres, parmi lesquels Hilda Heine, la présidente du pays, et Amentha Matthew, la ministre de l’Intérieur.

«Il nous reste à remplir les dix conditions pour la reconnaissance, puis à recevoir une mission conjointe d’évaluation, explique Alexandre Pinano. Il nous faut surtout assurer notre pérennité et créer une base de volontaires dans les îles extérieures pour pouvoir intervenir et coopérer avec nos partenaires.

«Les derniers mois ont été vraiment stimulants; ce lieu est très important pour moi : c’est l’endroit où je vais mourir et être enterré. Je veux laisser un héritage à mes enfants et petits-enfants.»

Ce message est également disponible en: Anglais, Espagnol, Arabe

Les commentaires sont fermés, mais les rétroliens et les pings sont ouverts.