L’année des extrêmes

L’année des extrêmes

L’année 2017 a été marquée par des phénomènes météorologiques extrêmes. Alors que la sécheresse ravage toujours de vastes étendues d’Afrique et certaines zones des Amériques, la planète a subi cette année des pluies diluviennes, des tempêtes tropicales, des inondations et des glissements de terrain de grande envergure, qui ont touché des millions de personnes. Dans le même temps, de nombreuses zones d’Europe et d’Amérique du Nord ont connu des incendies favorisés par des vagues de chaleur et des conditions particulièrement sèches. Les changements climatiques entraînent une hausse de la température des océans, ce qui intensifie les précipitations et les marées de tempête. Les images reproduites sur ces pages illustrent le coût humain qui en résulte et les défis lancés à l’action humanitaire; à l’avenir, ces scènes pourraient se faire de plus en plus fréquentes.

Des volontaires du Croissant-Rouge du Bangladesh apportent de l’eau potable, ressource vitale, à des familles bloquées par les eaux à Islampur. Les pluies diluviennes de la mousson, en août et en septembre, ont inondé de vastes zones du Bangladesh, d’Inde et du Népal. Les inondations ont touché cette année quelque 7,4 millions de personnes au Bangladesh, alors qu’au Népal, les glissements de terrain ont tué plus de 100 personnes et endommagé 62 000 habitations. Photo : Kamrul Hasan/Croissant-Rouge du Bangladesh

Au Texas (États-Unis), ces habitants portent leurs enfants et leurs animaux domestiques après le passage de la tempête tropicale Harvey au mois d’août. Photo : REUTERS/Jonathan Bachman

Lorsque l’eau monte, les habitants en sont souvent réduits à saisir ce qu’ils ont de plus cher et à tenter de se mettre en sécurité. Dans la banlieue d’Agartala (Inde), un homme porte son fils sur ses épaules dans une zone inondée après les pluies torrentielles tombées sur son village au mois de septembre. Photo : REUTERS/Jayanta Dey

En juin, les pluies torrentielles qui ont touché la Chine ont provoqué un éboulement qui a enseveli levillage de Xinmo, faisant plus de 130 victimes et causant l’évacuation de 630 000 personnes. La Croix-Rouge chinoise a immédiatement lancé une opération d’urgence. Plus de 6500 habitations ont été détruites par les inondations. Photo : Croix-Rouge chinoise

Au mois de septembre, les maisons bâties sur les flancs du Pain de Sucre, dans la périphérie de Freetown (Sierra Leone), ont été ensevelies sous une coulée de boue déclenchée par des pluies torrentielles. Photo : Katherine Mueller/FICR

Les inondations provoquent aussi des déplacements massifs et rapides de personnes, suscitant une demande immédiate d’hébergement. Irene Gray, responsable de l’hébergement d’urgence pour la Croix-Rouge américaine, prépare un stade de Louisiane (États-Unis) pour accueillir les personnes évacuées en raison de la tempête tropicale Harvey, au mois d’août. Photo : REUTERS/Jonathan Bachman

Un volontaire de la Croix-Rouge néerlandaise distribue de l’eau et évalue les besoins sur l’île de Saint-Martin après le passage de l’ouragan Irma, qui a endommagé ou détruit 70 % des maisons et des bâtiments, mais aussi des infrastructures essentielles, dont les systèmes d’approvisionnement en eau. Photo : Arie Kievit/Croix-Rouge néerlandaise

Ailleurs, vagues de chaleur extrêmes et sécheresse ont créé des conditions propices au déclenchement d’incendies, qui ont été nombreux à ravager l’Europe, le nord-ouest des États-Unis et le Canada. Ici, des pompiers luttent contre un feu de forêt près de Skradin (Croatie), au mois d’août. Photo : REUTERS/Edin Tuzlak

Ce message est également disponible en: Anglais, Espagnol, Arabe

Les commentaires sont fermés, mais les rétroliens et les pings sont ouverts.