La fièvre jaune pourrait s’étendre

Une épidémie meurtrière de fièvre jaune partie d’Angola a gagné la Chine, la République démocratique du Congo (RDC) et le Kenya. La FICR a lancé l’alerte au mois de mai, redoutant de voir la maladie gagner de nouveaux pays faute d’une réaction immédiate. «Les quantités limitées de vaccins disponibles, le manque d’hygiène, les insuffisances des systèmes de surveillance des maladies ainsi que les contacts transfrontaliers quotidiens pourraient transformer une flambée nationale en une crise plus vaste», explique Fatoumata Nafo-Traoré, directrice de la region Afrique au sein de la FICR. En Angola et en RDC, la FICR a déployé des membres de ses équipes regionals d’intervention en cas de catastrophe et libéré des ressources de son Fonds d’urgence pour les secours lors de catastrophes afin de soutenir les opérations de lutte contre la fièvre jaune. La FICR a aussi lance un appel d’urgence de 1,45 million de dollars É.-U. pour aider la Croix-Rouge angolaise et d’autres partenaires locaux à toucher environ 9 millions de personnes avec des vaccins et des mesures préventives. La fièvre jaune est transmise par le moustique Aedes aegypti, qui est aussi responsible de la diffusion du virus Zika ainsi que des virus de la dengue et du chikungunya.

Sur le même sujet

Un atterrissage en douceur

Pour des volontaires comme Sami Rahikainen, il est crucial d’établir une relation de confiance avec les migrants qui arrivent dans un nouvel endroit à la recherche d’une toute nouvelle vie. Voici son histoire.

Quand la rivière donne et reprend

À Rangpur (Bangladesh), le risque d’inondation est une menace constante pour les communautés locales qui vivent d’une activité de pêche artisanale. Ici, les habitants s’emploient encore à reconstituer leurs moyens de subsistance après la dévastation causée par la mousson de 2019.

Cette page existe aussi en:

Découvrir d’autres articles

Pour recevoir directement dans votre boîte aux lettres les meilleurs articles

Voulez-vous être tenu informé?

Ceci pourrait vous intéresser...

Tenir bon, malgré la distance et l’isolement

L’histoire de deux migrants qui cherchent leur voie sous la menace constante du Covid-19, dans un monde où ils sont considérés comme des «clandestins», coupés de leurs amis, de leur famille et privés des prestations sociales de base.

Jetez un coup d’œil