Vidéo

La volonté et l’envie de résoudre des problèmes universels

En tant que chercheuse, Romy Mikušincová s’attaque à l’un des plus grands mystères de l’espace. En tant que volontaire de la Croix-Rouge, elle explore certaines des questions sociales et humanitaires les plus urgentes de notre temps.

Dans une petite ville du sud-ouest de la Slovaquie, Romy Mikušincová a grandi en rêvant de découvrir lorigine des étoiles et de lunivers. Cest sa curiosité, dit-elle, qui lpoussée à embrasser une carrière scientifique, en astrophysique et en physique théorique. 

Aujourdhui, elle réalise son rêve. Elle étudie la physique théorique et lastrophysique à luniversité Roma Tre, où elle mène des recherches sur lun des plus grands mystères de lastrophysique: les trous noirs. Ceux-ci se forment lorsque les étoiles, à la fin de leur vie, deviennent si denses quelles seffondrent et que même la lumière ne peut échapper à leur champ gravitationnel. 

Mais il reste encore beaucoup à apprendre. 

« Létude des trous noirs nest pas un projet limité dans le temps car nous découvrons chaque jour de nouvelles informations, explique Romy. Actuellement, je travaille à l’observation d’une simulation de trous noirs pour l’IXPE (Imaging X-ray Polarimetry Explorer), un satellite qui sera lancé d’ici fin 2021. » 

Deux femmes ont joué un rôle clé dans la carrière scientifique de Romysa mère et sa professeure de physiqueIveta Barusová, ici dans le lycée de Nové Zámky. 

« Donner du sens à mon temps libre »

L’étude de la physique théorique requiert déjà énormément de temps et d’énergie, mais Romy a encore une autre occupation. Alors qu’elle commençait à se passionner pour les sciences, à ladolescenceelle a entamé un autre voyage, en tant que volontaire pour la Croix-Rouge slovaque« Le volontariat m’intéressait surtout parce que je voulais aider les autres et donner du sens à mon temps libre », dit-elle. 

Ces jours-ci, ce temps libre est principalement consacré à un nouveau projet qui répond aux besoins des jeunes en abordant des sujets dont on ne parle pas souvent, mais qui constituent des défis sociaux et humanitaires majeurs. 

« Nos principaux thèmes sont les discours de haine, la pression des pairs, le cyberharcèlement et légalité de genre »explique Romy, ajoutant quen raison des restrictions dues au Covid-19, la plupart de ces activités se déroulent actuellement en ligne. 

Létude des trous noirs peut sembler à des années-lumière du quotidien des jeunes et du volontariat, mais pour Romy, il y a un lien évident. Après tout, la méthode scientifique qui consiste à poser des questions, à enquêter et à résoudre des problèmes complexes peut également être très utile dans la sphère humaine. «Lorsqu’une personne de formation scientifique devient volontaire dans l’idée de s’attaquer aux problèmes jusqu’à ce qu’ils soient résolus, c’est un grand avantage», explique-t-elle. 

Le travail de Romy en tant que volontaire de la Croix-Rouge slovaque est axé sur la mise en place d’ateliers destinés aux jeunesqui abordent des questions telles que les discours de haine, le cyberharcèlement, la pression des pairs et légalité de genre. 

« Je veux dire à toutes les femmes et les filles de nouer des relations solides les unes avec les autres, de cesser de se rabaisser, et de s’entraider parce que je pense que c’est ainsi que nous accomplissons de grandes choses. »  Romy Mikušincová Chercheuse en astrophysique et volontaire de la Croix-Rouge slovaque

Accomplir de grandes choses

Cette double voie, qui associe sciences et préoccupation humanitaire, nest pas nouvelle pour Romy. Milan Holota, directeur de son lycéedéclare que sa préférence pour les matières scientifiques s’est manifestée très tôt, tout comme son désir de rendre le monde meilleur autour d’elle. 

« Ses matières préférées étaient les sciences naturelles et elle était brillante dans ses activités parascolaires », déclare-t-ilfaisant référence à ses activités parascolaires avec la Croix-Rouge, dont elle est devenue un des membres les plus actifs. 

Mais elle nétait pas seule. Elle se souvient que deux femmes  sa mère et sa professeure de physique au lycée  lui ont apporté un soutien décisif qui lui a permis d’embrasser une carrière dans les sciences et la recherche. 

Ce type de soutien peut être essentiel pour les jeunes femmes et les filles qui sintéressent aux sciences. Beaucoup de filles ne peuvent pas emprunter cette voie en raison d’attitudes culturelles qui les détournent des matières dominées par les hommes, comme les mathématiques et les sciences. 

Selon lInstitut de statistique de lUNESCOil existe un écart manifeste entre hommes et femmes dans le domaine scientifique les chercheurs ne comptent que 30% de femmes au niveau mondialDans la classe de Romy à luniversité, cette proportion était encore plus faible : au début de ses études universitaires, les femmes ne représentaient qu’un quart des étudiants. 

« Je pense que cest surtout parce que les filles ne sont pas encouragées à faire carrière dans les sciences naturelles, dit-elle. Je veux dire à toutes les femmes et les filles de nouer des relations solides les unes avec les autres, de cesser de se rabaisser, et de s’entraider parce que je pense que c’est ainsi que nous accomplissons de grandes choses.» 

C’est son désir de comprendre lorigine des étoiles et de lunivers qui a poussé Romy à sintéresser à la science. Pour elle, il est important que davantage de filles et de femmes soient encouragées à embrasser une carrière scientifique.

Asur le même sujet

Si près et pourtant si loin

Clairet Mata vit maintenant dans un nouveau pays, où elle élève son fils seule. Elle explique comment le fait d’apprendre à gérer ses émotions l’aide à faire face à l’éloignement de sa famille.

Garder le contact à l’ère de la distance

Les migrants et les réfugiés savent ce que signifie le fait d’être coupé de la société, de ses proches et de son milieu habituel. En cette ère du Covid-19, marquée par la séparation, leur expérience sur la manière de vivre ce type de situation et de maintenir le contact peut être riche d’enseignements.

Tenir bon, malgré la distance et l’isolement

L’histoire de deux migrants qui cherchent leur voie sous la menace constante du Covid-19, dans un monde où ils sont considérés comme des «clandestins», coupés de leurs amis, de leur famille et privés des prestations sociales de base.

Cette page existe aussi en:

Pour en savoir plus...

s’abonner

Voulez-vous être tenu informé?

Abonnez-vous à notre lettre d'informations pour recevoir un résumé régulier des articles Croix-Rouge Croissant-Rouge.