Le Mouvement pleure de nouvelles pertes

De nouveaux collaborateurs du Mouvement ont perdu la vie après avoir été délibérément pris pour cibles dans des attaques violentes. En septembre, une kinésithérapeute du centre de rééducation du CICR à Mazar-i-Sharif (Afghanistan) a été abattue, apparemment par un patient, alors qu’elle accomplissait son travail quotidien en aidant des patients à réapprendre à marcher ou à accomplir d’autres tâches après avoir perdu un membre ou en raison d’autres handicaps. De nationalité espagnole, Lorena Enebral Perez était âgée de 38 ans. Trois jours avant cette tragédie absurde, un chauffeur de camion du CICR, Lukudu Kennedy Laki Emmanuel, était abattu au Soudan du Sud. Cet homme affable, généreux, qui aimait rire, était en train d’acheminer des produits essentiels quand son convoi a été pris sous les tirs. Au mois de juin, un volontaire de la Société de la Croix-Rouge centrafricaine, Joachim Ali, a été tué par un groupe armé non identifié alors qu’il était en poste dans des locaux de la Croix-Rouge dans la ville de Bangassou. «C’était un jeune homme courageux, engagé et dévoué dans son travail», a déclaré Antoine Mbao-Bogo, le président de la Société nationale.

Sur le même sujet

Cette page existe aussi en:

Découvrir d’autres articles

Pour recevoir directement dans votre boîte aux lettres les meilleurs articles

Voulez-vous être tenu informé?

You can unsuscribe anytime. Read the privacy policy of our newsletter service provider

Ceci pourrait vous intéresser...

La parole aux experts : Un ramadan très particulier

Les experts que nous avons consultés évoquent les difficultés suscitées par le Covid-19 pendant le ramadan.

Jetez un coup d’œil