VIDÉO STORY | COVID-19

La parole aux experts :
Le Covid-19 ou la famine ? 

La terrible alternative des familles africaines

Redaction:
Malcolm Lucard

Production:
Thibault Lauritzen

Dans bien des régions d’Afrique, les chaînes d’approvisionnement en nourriture ont été mises à rude épreuve sous les effets conjugués des épisodes prolongés de sécheresse, des invasions de criquets pèlerins, des inondations à répétition et des conflits. Alors que le Covid-19 provoque la fermeture de ports essentiels, la paralysie presque totale des transports aériens et l’interdiction des marchés, de nombreux ménages d’Afrique pourraient faire face à un dilemme tragique : mourir du Covid-19 ou mourir de faim ?

Avant même l’arrivée du Covid-19, les changements climatiques avaient déjà provoqué une grave insécurité alimentaire dans de nombreuses régions d’Afrique australe et orientale, exacerbant la dépendance à l’égard des importations. Photo : Hugo Nijentap/FICR

TMichael Charles, de la FICR, estime que le choix ne se pose pas nécessairement en ces termes. Nous pouvons protéger la population contre le Covid-19, tout en distribuant de l’argent liquide et une assistance alimentaire, en stimulant la production locale de nourriture et en pesant les risques du Covid-19 par rapport aux nombreux autres problèmes menaçant les familles africaines. «Il faut voir au-delà des seules conséquences sanitaires immédiates du Covid-19, explique-t-il, car le virus touche tous les aspects de la vie, à commencer par la disponibilité des aliments de base et jusqu’à la capacité des personnes de gagner l’argent dont elles ont besoin pour acheter les denrées encore disponibles.»

Le Covid-19 a causé des augmentations de prix massives et vidé les étals des marchés, tout en aggravant la dépendance des populations à l’égard de l’aide humanitaire. Photo : Sanja Gohre/FICR
En Afrique australe et orientale, le Covid-19 a frappé presque tous les maillons de la chaîne d’approvisionnement en nourriture, en réduisant et en ralentissant à la fois la production locale et les importations. Photo : Sanja Gohre/FICR

Recommandé

Sur le même sujet

Un atterrissage en douceur

Pour des volontaires comme Sami Rahikainen, il est crucial d’établir une relation de confiance avec les migrants qui arrivent dans un nouvel endroit à la recherche d’une toute nouvelle vie. Voici son histoire.

Quand la rivière donne et reprend

À Rangpur (Bangladesh), le risque d’inondation est une menace constante pour les communautés locales qui vivent d’une activité de pêche artisanale. Ici, les habitants s’emploient encore à reconstituer leurs moyens de subsistance après la dévastation causée par la mousson de 2019.

Cette page existe aussi en:

Découvrir d’autres articles

Pour recevoir directement dans votre boîte aux lettres les meilleurs articles

Voulez-vous être tenu informé?

Ceci pourrait vous intéresser...

Menotter la main tendue ? | Deuxième partie

Les lois destinées à limiter l’appui aux groupes considérés « terroristes » ont des conséquences inattendues sur l’aide humanitaire

Jetez un coup d’œil