Article

«Notre devoir à l’égard des enfants»

La guerre au Yémen n’a pas étouffé la passion d’Abdoullah Yahya : éduquer la génération montante

«Si j’ai souhaité devenir enseignant, c’est avant tout pour faire passer un message», assure Abdoullah Yahya, enseignant et proviseur à l’école al-Wahda school à Saada (Yémen). Ce message, c’est que l’éducation est vitale, quelles que soient les circonstances. Et aujourd’hui, après sept années de conflit au Yémen, elle est plus importante que jamais.

En 2021, l’UNICEF estimait que le nombre d’enfants non scolarisés avait doublé depuis le début du conflit en 2015 pour atteindre près de 2 millions de garçons et de filles privés de la possibilité de recevoir une éducation. Mais i en faudrait davantage pour décourager des enseignants comme Abdoullah Yahya. «Nous accomplissons notre devoir à l’égard de ces enfants en les éduquant, en enseignant et en les élevant correctement, malgré notre situation personnelle et celle de notre pays.»

Galerie de photos

En tant que proviseur de l’école al-Wahda, Abdoullah Yahya exerce un rôle de supervision, veillant à ce que les élèves reçoivent, autant que possible, une éducation de qualité. Il enseigne aussi l’arabe aux élèves de l’école primaire.

Le Yémen manque d’enseignants. Un grand nombre d’entre eux ont tout perdu et ont été contraints de fuir les combats ou de trouver un autre emploi. On estime que 170 000 enseignants n’ont pas perçu de salaire régulier depuis plus de quatre ans.

Un groupe de garçons écoutent attentivement leur enseignant, assis autour de lui dans l’une des cours de l’école.

Abdoullah est émerveillé par le désir des enfants de fréquenter l’école et de continuer à apprendre. «Ils gardent l’envie de s’instruire, en dépit des circonstances, des difficultés d’aller à l’école et du manque de manuels scolaires.»

Le conflit impose souvent aux enseignants de nombreuses tâches additionnelles. Dans l’une des salles de classe, Abdoullah Yahya, enseignant, range les sacs de nourriture qui sont distribués tous les mois à quelque 620 familles.

Pendant les vacances d’été, certaines classes de l’école al-Wahda sont utilisées pour la distribution de l’aide humanitaire.

«Parallèlement à mon travail d’enseignant, je collabore aussi avec d’autres personnes pour distribuer de la nourriture, explique Abdoullah. La plupart des familles souffrent en raison de la situation économique catastrophique. C’est pourquoi nous nous associons à cet effort humanitaire.»

Le Croissant-Rouge du Yémen distribue des matériaux pour abris et des vivres à de nombreux habitants à Saada. En plus de son travail d’enseignant, Abdoullah est volontaire pour le Croissant-Rouge et distribue des vivres et des matériaux pour abris aux membres de sa communauté dans le besoin.

Sur le même sujet

Un atterrissage en douceur

Pour des volontaires comme Sami Rahikainen, il est crucial d’établir une relation de confiance avec les migrants qui arrivent dans un nouvel endroit à la recherche d’une toute nouvelle vie. Voici son histoire.

Quand la rivière donne et reprend

À Rangpur (Bangladesh), le risque d’inondation est une menace constante pour les communautés locales qui vivent d’une activité de pêche artisanale. Ici, les habitants s’emploient encore à reconstituer leurs moyens de subsistance après la dévastation causée par la mousson de 2019.

Cette page existe aussi en:

Découvrir d’autres articles

Pour recevoir directement dans votre boîte aux lettres les meilleurs articles

Voulez-vous être tenu informé?

Ceci pourrait vous intéresser...

Une lourde responsabilité : La corvée d’eau quotidienne de Seham

Seham n’a que 12 ans, mais elle est chargée d’une tâche essentielle pour toute sa famille.

Jetez un coup d’œil