Vidéo

Son théâtre détruit, un comédien découvre un nouveau rôle

Un comédien s’est trouvé un rôle nouveau : distraire et faire rire des enfants plongés dans la tragédie de la guerre, tout en faisant passer des messages sur la santé et la sécurité

Des années durant, le théâtre a été pour Osama un deuxième foyer, un lieu où il pouvait incarner des personnages différents, partager des paroles poétiques de sagesse et voir des sourires illuminer les visages des membres de sa communauté.

«Chaque fois que j’entre en scène et que je vois les enfants sourire, je me sens comblé», explique Osama, un homme sociable et affable dont la passion permet d’apporter un peu de réconfort face au fléau et aux épreuves de la guerre.

Sa capacité de vivre son rêve a été durement ébranlée lorsque son théâtre bien-aimé a été bombardé et réduit à un amas de gravats.

«Mes rêves ont été brisés», dit-il sur les ruines du bâtiment qui abritait une salle de théâtre spacieuse et claire, pouvant accueillir plusieurs centaines de spectateurs.

«Voici le lieu où mes rêves pouvaient s’épanouir», poursuit-il en contemplant ces débris de briques et de pierres. «C’est ici que nous faisions naître des sourires sur les visages… C’était avant la guerre.»

La plupart des pièces produites par sa compagnie étaient des comédies et des pièces qui ravissaient et divertissaient le public, tout en faisant passer des messages importants.

«Le conflit a anéanti la scène qui me servait à combattre la laideur de la guerre, mais le Croissant-Rouge m’a offert de nouvelles scènes de théâtre qui me permettent d’être en contact avec la communauté et de réaffirmer qu’il est possible de continuer à vivre.»
Osama
Volontaire du Croissant-Rouge du Yémen
Gouvernorat de Houdeïda

 

Un rôle humanitaire inédit

Après la destruction du théâtre, Osama, sous le coup de la douleur et du désespoir, s’est mis en quête d’un rôle nouveau, d’une activité qui lui apporterait à nouveau de la joie et qui l’aiderait à retrouver un sens à sa vie. Cette démarche l’a conduit à pousser la porte du Croissant-Rouge du Yémen à Hodeïda.

Osama utilise aujourd’hui ses dons de comédien pour faire passer des messages éducatifs à travers des saynètes de théâtre interactives. Ces scènes jouées transmettent aussi des messages importants sur la santé et la sécurité dans un contexte où la guerre a détruit une grande partie des systèmes de base qui permettaient aux communautés de bénéficier de nourriture, d’eau, de services de santé et d’assainissement.

«Je me rappelle la première fois que j’ai participé à une activité de sensibilisation avec le Croissant-Rouge du Yémen, raconte Osama. Je donnais simplement des conseils aux enfants sur la manière de se laver les mains, mais de manière amusante. Je me souviens de leurs éclats de rire quand j’essayais de corriger certaines de mes erreurs.»

«Un jour, j’étais en train de faire un numéro comique pour montrer comment il faut se laver les mains, mais j’ai oublié l’un des gestes importants pour se nettoyer les doigts. L’un des enfants s’est levé et m’a tapé sur la tête, comme un acteur de comédie, en disant “notre acteur a oublié d’expliquer cette étape”, et il a commencé à en faire la démonstration, comme s’il faisait partie de la troupe. C’est la première fois que j’ai eu le sentiment de vraiment aider des gens comme tout le monde à faire face aux épreuves de la guerre.»

Inspiré par l’activité du Croissant-Rouge du Yémen à Hodeïda, Osama n’a pas seulement joué un rôle dans les programmes de vulgarisation du Croissant-Rouge : il est aussi devenu un volontaire actif dans les domaines de la distribution de secours et de nourriture, des interventions dans les situations d’urgence et même du transport des blessés et des morts. Parallèlement, ce père de famille et mari plein d’énergie occupe aussi divers emplois pour faire vivre sa famille; il s’occupe entre autres de l’entretien des arbres dans la ville.

Osama, volontaire du Croissant-Rouge du Yémen et comédien, utilise ses dons pour enseigner aux enfants comment rester en bonne santé et en sécurité dans un contexte où la guerre a détruit un grand nombre des systèmes de santé, d’eau et d’assainissement essentiels au bien-être des communautés.

Approfondir son rôle

Osama se rappelle une situation qui l’a amené à aller plus loin encore dans son rôle de volontaire : une flambée de dengue à Hodeïda qui a exacerbé une situation déjà catastrophique dans le gouvernorat.

Alors que 20 millions d’habitants du Yémen étaient déjà privés d’accès à des soins de santé de base, la moitié des établissements de santé du pays ont été partiellement ou totalement endommagés par la guerre, ce qui a entraîné une hausse dramatique des maladies endémiques et d’épidémies.

«L’épidémie de dengue a touché notre foyer, où je vis avec 16 membres de ma famille, dont quatre enfants. Il était difficile d’avoir accès aux soins de santé, et même d’acheter des médicaments, à cause de la situation économique. J’ai amené mon frère Rakan, qui a 8 ans, au centre de santé du Croissant-Rouge du Yémen en espérant qu’il pourrait y être soigné. Le personnel l’a pris en charge jusqu’à ce qu’il soit certain qu’il était rétabli et hors de danger.

«Ce n’est pas mon travail de volontaire pour le Croissant-Rouge qui nous a valu de recevoir cette assistance : elle est offerte à tous les membres de la communauté. Le centre fournit des soins médicaux à l’ensemble de la population et plus de 1700 personnes en bénéficient.»

«Je me rappelle comme dans un rêve cet instant où je suis arrivé au centre avec mon frère dans mes bras. Je m’y suis rendu en tant que personne dans le besoin, et j’ai été accueilli par une équipe qui apporte son aide à tous. J’ai compris, après la guérison de mon frère, que le fait de travailler pour le Croissant-Rouge était aussi une occasion pour moi de rendre service à mon tour, de rendre la pareille, pour ainsi dire.

À travers son action, ce volontaire sociable et ouvert peut aussi satisfaire le comédien qui est en lui et qui se manifeste à la moindre occasion.

«Si je ne peux pas jouer sur scène, je peux au moins faire cela pour le Croissant-Rouge du Yémen en tant que volontaire, et jouer pour les enfants, dit Osama, le sourire aux lèvres. Cela m’emplit de bonheur et de fierté.»

Le rôle d’Osama ne se cantonne pas aux programmes de vulgarisation du Croissant-Rouge. Il distribue aussi des secours, participe à des distributions de vivres et aux activités de réponse aux situations d’urgence et transporte des blessés, et même des corps, en cas de besoin.

Pour Osama, travailler avec le Croissant-Rouge du Yémen est aussi une occasion de rendre la pareille, de rendre service après que son frère cadet a attrapé la dengue et a été sauvé grâce aux soins dispensés dans un centre de santé géré par la Société nationale.

Sur le même sujet

De la ferme au marché local

Après la pandémie de Covid-19, Rupali était bien en peine de trouver des sources de revenu pour faire vivre sa famille. Un modeste don en espèces lui a permis de créer une entreprise familiale florissante.

Cette page existe aussi en:

Découvrir d’autres articles

Pour recevoir directement dans votre boîte aux lettres les meilleurs articles

Voulez-vous être tenu informé?

Ceci pourrait vous intéresser...

Entre espérance 
et désespoir

Comment aider autrui à faire face aux répercussions psychologiques et mentales d’une situation de crise.

Jetez un coup d’œil